Site icon Château d'Ainay-le-Vieil

Notre engagement environnemental et nos actions pour la préservation de la biodiversité

La préoccupation environnementale est depuis longtemps au cœur des préoccupations du château d’Ainay-le-Vieil, au travers notamment de ses jardins, vaste lieu d’expérimentations ; mais depuis quelques années, nous avons décidé de développer une réelle politique de préservation de la biodiversité et de protection de l’environnement dans le parc et les jardins mais également dans le château.

Préservation des chauve-souris 

Cette politique a commencé en 2019 au cours de la restauration du château, lorsque nous avons décidé d’aider à la préservation des chauve-souris présentes dans les combles du château en n’effectuant pas certains travaux qui les auraient chassées. Depuis de nombreuses années, le conservateur du Museum d’Histoire Naturelle de Bourges venait chaque année vérifier dans les greniers la présence de chauve-souris en voie de disparition. A sa demande, nous avons conservé un immense grenier entièrement destiné à accueillir des chauves-souris, notamment des pipistrelles qui trouvent ainsi abri et protection, alors qu’elles régressent beaucoup en France, souffrant de la perte de leurs habitats : greniers, arbres creux, disparition des haies.

Rôle essentiel des abeilles dans la biodiversité 

Pour protéger les abeilles qui jouent un rôle essentiel dans la biodiversité, nous nous sommes mis d’accord avec un apiculteur vivant à proximité d’Ainay, pour qu’il installe une huitaine de ruches dans le parc, non loin de la seconde chartreuse qui abrite un verger de pommiers et de poiriers.  Leur rôle est évidemment essentiel pour les apiculteurs et de la fabrication du miel mais plus encore pour l’agriculture car elles sont d’excellents insectes pollinisateurs. En mars, elles sortent de la ruche pour aller butiner et commencer la collecte du nectar et du pollen qu’elles déposent sur le pistil des fleurs. Cela permet la fécondation et donc la reproduction de nombreux végétaux : colza, tournesol, plantes sauvages, arbres et arbres fruitiersLeur disparition serait catastrophique car sans elles il n’y aurait plus de fleurs, plus de graines et progressivement la flore et la faune disparaitraient.

Création d’un « Château à insectes » pour favoriser la biodiversité locale

En 2020, nous avons construit dans la deuxième chartreuse une maison baptisée « château à insectes » à cause de sa tour. Elle est spécialement à sa place dans le Verger sculpté qui présente des formes fruitières de pommiers et de poiriers palissées en espaliers et contre-espaliers selon la technique du grand jardinier La Quintinie au Potager du Roi à Versailles. Son rôle est de favoriser la biodiversité locale et d’attirer des insectes auxiliaires bénéfiques : coccinelles, petites abeilles, perce-oreilles, syrphes, chrysopes, cochenilles farineuses dans ce château à insectes. Ils lutteront de façon naturelle contre les parasites et permettront d’assurer une bonne pollinisation et cela remplacera l’utilisation de pesticides dommageables pour l’environnement.

Préservation de la biodiversité, des oiseaux et de l’environnement 

Dans les zones agricoles, l’on constate une forte diminution des oiseaux liée à de multiples facteurs : l’impact des insecticides, la réduction des prairies, l’artificialisation des sols agricoles, le machinisme agricole, la pollution lumineuse et le développement des populations de rapaces et de corneilles noires qui menacent les oiseaux de disparition. Il est de plus en plus compliqué pour les oiseaux de trouver des lieux de nidification naturels : arbres creux ou trous dans une maison ou sous un toit. Il leur est donc difficile de se reproduire. 

Le château d’Ainay-le-Vieil initie un nouveau projet cette année pour tenter d’atténuer ce problème, aider à la protection des oiseaux et permettre une nidification réussie. Dans « l’allée des poètes » reliant la roseraie aux chartreuses, ont été installés 35 nichoirs et mangeoires pour oiseaux réalisés par Alexandre Maleysson. Hirondelles, martinets, étourneaux, rouges-gorges, mésanges, moineaux trouveront chacun le nichoir qui leur est destiné puisque la taille de l’ouverture du nichoir est adaptée à chaque espèce.

Florilège de poèmes dans les jardins

Ainay-le-Vieil adopte aussi une politique culturelle puisque dans « l’allée des poètes » seront exposés 35 poèmes parlant de nature, de fleurs et d’amour écrits par les plus grands poètes français du Moyen-Âge à nos jours, de François Villon à Paul Eluard sans oublier Géraud d’Aligny, le père de la créatrice des jardins, Marie-Sol de La Tour d’Auvergne. Notre ambition étant de partager notre patrimoine historique château et jardins et le magnifique patrimoine poétique français avec nos amis les visiteurs.

Sensibilisation aux interactions de la nature, pédagogie, écologie et culture sont réunies ici pour le bonheur de tous ! C’est ainsi que le 4 juin, dans le cadre de Rendez-vous au jardin, des visites seront organisées avec Sarah Guiheux, Chargée d’éducation à l’environnement et au développement durable- Le CPIE Brenne-Berry (Centre Permanent d’initiatives pour l’environnement)

Quitter la version mobile