Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Concert de Chambre – « 72 HEURES » 26ème année

20 août 2017 ~ 18 h 00 min - 19 h 30 min

18€ à 28€
72 Heures 2004 - musique de chambre

Musique de Chambre

Dimanche 20 Août 2017 :

Concert Musique de chambre à 18h00 suivi d’un verre avec les artistes

  • Brahms : Trio pour piano, violon et violoncelle n° 1,
    Ce Trio a toujours joui d’une grande popularité, première œuvre de musique de chambre de Brahms et qui est peut-être, encore aujourd’hui, plus souvent jouée que les vingt-trois qui ont suivi. La première version date de 1854. Elle a été révisée en 1891. La première version témoigne de la fougue et de la passion du jeune Brahms. La deuxième version est celle d’un maître presque sexagénaire, conscient du temps qui lui reste. Pour certains cette révision, représente un manque à la fois de temps (près d’un tiers du trio a été supprimé), et de spontanéité et de fraîcheur.
    Aujourd’hui , il est cependant admis que l’oeuvre a ainsi gagné en maîtrise et en concentration, tout en conservant (voire en les renforçant) les qualités initiales de la jeunesse.
    1. Allegro con brio
    Ce mouvement illustre à merveille cette période bénie où Brahms vient de faire la rencontre tellement déterminante de la famille Schumann.
    2. Scherzo. Allegro molto
    Les archets bondissents, tandisque le piano cherche à les entraîner dans des profondeurs. Nous voici au cœur de ces vieilles légendes nordiques si chères à Brahms. Mais c’est Vienne que nous retrouverons maintenant. Après avoir dansé, en mineur, les diablotins du Nord découvrent dans la partie centrale en majeur, l’ambiance viennoise, et la danse qui lui est indissociable : la valse. Ici c’est bien l’esprit de la valse. La musique se fait sereine.
    3. Adagio
    Ce mouvement se fait lent, et l’atmosphère presque religieuse. Ici, nous sommes en état de grâce… avant d’être enmenés, dans une radieuse tonalité de si majeur.
    4. Allegro
    Brahms conserve cette tonalité pour le finale (qui était également celle du premier mouvement, tandis que le deuxième était en si mineur : l’unité tonale est ainsi assurée), finale qui, comme ce sera souvent le cas ultérieurement, combine la forme sonate, ici à trois thèmes, et le rondo. Il n’a pas l’optimisme brillant que l’on attend habituellement dans un finale. Ce mouvement est ardent mais tendu, la sérénité y côtoie l’inquiétude, et s’il ne manque ni de lyrisme, ni d’éclat, l’obscurité et le doute sont là aussi. Tout du long, l’émotion est palpable, poignante.
    source : Pierre Carrive
  • Quatre chansons italiennes pour Ténor et cordes :
    • “Gia il Sole dal Gange”
    • “Vaga Luna”
    • “Malinconia”
    • “La Danza »
  • Fauré : Quatuor pour piano n°1 en UT mineur
    Souvent rabâchée au conservatoire, l’œuvre de Fauré incarne les règles immuables de l’harmonie à la française. La sonate en la majeur, la première jeta les fondations de la musique de chambre française. Fauré composa deux sonates pour violon et piano au début et à la fin de sa carrière : en 1875 et en 1916. À trente ans avec la première œuvre, Fauré tout en s’appuyant sur les schémas les plus classiques, risque une confrontation directe avec la musique de chambre germanique (Brahms !). Cette tentative, Fauré l’a menée neuf ans avant la « Sonate » de Franck, et malgré les efforts nationalistes et souvent vains de Lalo, Saint-Saëns, malgré la création du groupe de la Société Nationale, machine à fabriquer de la bonne musique sérieuse. Sa tentative demeure le premier manifeste digne de ce nom. Mais son œuvre reste à découvrir. Particulièrement la musique de chambre.
    sourceLe Quatuor est créée en privé le 12 février 1880, dans le salon des Clerc, proches amis de Fauré, et connaît sa première exécution publique deux jours après, salon Pleyel. Ce quatuor avec piano, « musique nourrie de tant de sève, débordante de vie et de chaleur communicative », selon les mots justes de Marguerite Long, sera du vivant de Fauré l’une de ses œuvres les plus connues, et l’une de celles qu’il jouera le plus souvent en public. Son puissant « Allegro molto moderato » fait dialoguer un thème héroïque et un motif aux contours gracieux. Placé avant le mouvement lent, le fantasque « Allegro vivo (Scherzo) » présente une structure proche d’un rondo ; dans son Trio central, une mélodie sensible est chantée aux cordes, puis reprise au piano. L’« Adagio » étonne par son intensité tragique, rare chez Fauré. Mais il est empreint aussi d’une noblesse sans résignation, confirmée dans l’épisode central, incandescent ; une coda irréelle referme cette page. La fougue prédomine dans l’« Allegro molto », avec un premier thème en forme de cavalcade, et un second motif chantant passionnément d’un instrument à l’autre.
    source

 

Inscription (imprimable) :

72 Heures 2017 - dépliant talon réponse

Concert : 28 €
Tarif réduit : 18 €*

*Moins de 18 ans et groupes (minimum 10 personnes)

 

Sa Chen, piano
Sa Chen, piano
Richard Troxell, tenor
Richard Troxell, tenor
Wen Xiao Zheng, alto
Wen Xiao Zheng, alto
Orfeo Mandozzi, violoncelle
Orfeo Mandozzi, violoncelle
Frances DeBroff, violin
Frances DeBroff, violin
Brian Lewis, violin
Brian Lewis, violin

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Détails

Date :
20 août 2017
Heure :
18 h 00 min - 19 h 30 min
Prix :
18€ à 28€
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, , , ,